MEYER Claude (2014), La Chine – Banquier du monde, Fayard, 359 p.

C’est un des premiers ouvrages en Français sur les IDE chinois, et donc une première analyse de la motivation des firmes chinoises à investir en dehors de Chine. L’auteur avance que la Chine est vulnérable parce qu’elle dépend de l’étranger ; les IDE chinois sont un moyen de réduire cette dépendance. Les second et troisième chapitres sont dédiés à l’examen de la quête de ressources énergétiques et minières ; l’approvisionnement est expliqué très clairement et les enjeux géopolitiques sont détaillés par zones géographiques. Le quatrième chapitre porte sur l’accès à la technologie et la conquête de marché comme facteurs explicatifs des fusions et acquisitions chinoises. Le contournement des barrières tarifaires est aussi au rang des motivations. L’auteur revient sur la performance chinoise à l’exportation et les avantages de coût, mais aussi sur les handicaps de productivité attachés. Il achève son ouvrage dans une troisième partie avec les handicaps du système financier chinois, i.e. essentiellement son parasitage par l’interventionnisme de l’Etat. L’ouvrage est très éclairant sur les acteurs et les règles du système financier chinois. Il offre une analyse de la monnaie chinoise et de sa place dans les échanges internationaux ; le rôle clé de Hongkong comme marché offshore du yuan est souligné. L’auteur n’est pas complaisant ; il critique sans ambages les défauts du système comme les avantages accordés aux entreprises publiques ou les dettes des collectivités locales. C’est un livre écrit avec beaucoup de soin. L’écriture est celle d’un expert averti. Le texte est remarquablement bien étayé. L’auteur prend le soin de produire de nombreuses références. La lecture n’est pas pour autant pesante, mais plutôt fluide. Les notes sont heureusement reportées à la fin de l’ouvrage. L’auteur est manifestement très averti du champ qu’il traite. On trouve par exemple une information très fouillée sur le pedigree et le parcours des dirigeants des grandes banques chinoises. Il n’y a pas de parole en l’air, ni de blablas. Toute affirmation est argumentée par des données statistiques chiffrées de diverses sources.

 

Publicités

A propos dominiquejolly

Dominique R. Jolly (Jolly@Webster.ch) est Professeur de Stratégie d’Entreprise à Webster University, Campus de Genève (Suisse). Il est Directeur de la Walker School of Business and Technology.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s